« Je me défends, je porte une arme » : le député LR Alain Marsaud est favorable au port d’arme

Share on Facebook0Share on Google+1Tweet about this on Twitter73Share on Tumblr0

"Je me défends, je porte une arme" : le député LR Alain Marsaud ne veut pas laisser le monopole des armes à feu aux "assassins"Alain Marsaud © Capture d’écran iTélé

OUI, JE PORTE UN GUN- Comment protéger la population française ? Après l’attentat de Nice, cette question revient constamment, sans qu’une réponse claire puisse être donnée. « Le risque zéro n’existe pas », a expliqué en substance le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, suivi en cela par les rivaux de la primaire de la droiteNicolas Sarkozy et Alain Juppé.

Pour se défendre face à la menace terroriste, le député Les Républicains (LR) Alain Marsaud a sa petite idée. Sur iTélé, ce mardi 19 juillet, l’ex-juge anti-terroriste considère que les citoyens doivent prendre le relais d’un État inefficace et assurer eux-mêmes leur défense :

Les belles âmes vont être scandalisées mais je crois qu’en ce moment vous avez un certain nombre de concitoyens qui estiment que l’Etat ne remplit pas sa mission, n’est pas capable de les protéger. Ils doivent le faire eux-mêmes. Soit individuellement, soit par groupe. Moi, j’ai prôné depuis plus d’un an ce que j’appelle la mobilisation citoyenne à savoir faire en sorte que les citoyens prennent eux-mêmes en charge leur propre sécurité.

Alain Marsaud se prononce pour la création de groupes d’auto-défense armés, chargés de patrouiller dans les rues. Une proposition que n’aurait pas reniée le maire de Béziers Robert Ménard, qui a tenté (sans succès) de créer dans sa ville une « garde » de volontaires chargés d’assurer la protection de la population. A ceci prês que les patrouilleurs envisagés par Alain Mersaud devront être armés pour ne pas laisser le monopole des armes aux « assassins » :

 

Ces groupes devront peut-être patrouiller. On ne peut pas laisser seulement les violents, les assassins porter des armes. Je suis, à titre personnel, favorable à ce qu’on puisse dans certaines conditions, armer un certain nombre de personnes.

Le député est donc favorable à un assouplissement des règles sur le port d’armes. Actuellement, seuls les membres d’un club de tir, les détenteurs d’un permis de chasse ou les personnes « exposées à des risques exceptionnels d’atteinte à leur vie » peuvent, sous certaines conditions, être autorisés à porter une arme.

En passant, l’élu révèle que lui, d’ailleurs, possède et porte une arme, pour se défendre en cas d’agression :

A titre personnel, moi je me défends, je porte une arme. J’ai prévenu le préfet de police.

A notre connaissance, Alain Marsaud est le deuxième homme politique à révéler porter une arme. En janvier 2016, le membre du Conseil constitutionnel Michel Charasse, ex-ministre du Budget, a expliqué au magazine Charles porter une arme depuis plus de 20 ans.

Aux États-Unis, le port d’armes est controversé. Garanti par le deuxième amendement à la Constitution américaine, il a été invoqué en février dernier par Donald Trump comme la solution pour empêcher des attentats. Dans une interview à Valeurs actuelles, le magnat avait estimé que si le port d’armes avait été autorisé en France, les terroristes du Bataclan auraient été tués :

Vous pensez vraiment que, s’il y avait eu dans l’assistance quelques personnes armées et entraînées, cela se serait passé de la même façon? Je ne le crois pas. Ils auraient tué les terroristes.

Après la tuerie d’Orlando, le président américain Barack Obama s’est au contraire prononcé pour un contrôle plus important de la détention d’armes.

Cette proposition donnera en tout cas du grain argumentatif à moudre pour le Premier ministre Manuel Valls qui a mis en garde, dimanche 17 juillet, l’opposition contre une« trumpisation des esprits ».

Le Lab Europe 1

réactions

Share on Facebook0Share on Google+1Tweet about this on Twitter73Share on Tumblr0