L’Air Force rappelle aux gradés qu’ils peuvent autoriser le port d’arme sur leurs bases, citant une tuerie de 2015 qui a fait 5 morts

Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on Tumblr0

Port d'arme

L’attaque de juillet dernier sur un bureau de recrutement au Tennessee a poussé l’Air Force à rappeler aux chefs qu’ils peuvent autoriser des soldats qualifiés à porter des armes sur la base quand ils sont hors service et en civil.

Une analyse des cas des tueries de masse par l’Air Force a confirmé ce que les pro-armes disaient depuis longtemps : les armes à feu entre les mains de bonnes personnes sont souvent le meilleur moyen d’arrêter les massacres.

Plus tôt dans le mois, l’armée de l’air a envoyé une lettre aux commandants de ses bases partout dans le pays pour leur rappeler qu’ils peuvent autoriser des subordonnés à porter des armes, même quand ils sont hors-service et en civil. Cette lettre établit également 3 programmes pour aider les membres des forces armées à être en mesure de protéger leurs bases.

« Aucun de ces programmes ne donne d’autorisation aux gradés qu’ils n’avaient pas déjà avant » dit le Major Keith Quick, officier de l’Air Force Security Forces Integrated Defense, dans un paragraphe sur Military.com. « Nous sommes en train d’officialiser ça et de leur dire comme ils peuvent appliquer ces types de programmes plus efficacement. »

“Enfin, quelqu’un dans le gouvernement fédéral est en train de reconnaître ce qui était évident pour les shriffs et la police à travers tout le pays… »

– John Lott, président du Centre de Recherche et de Prévention de la Criminalité

Le memo a suivi une étude par l’Air Force des « tueries de masse à travers le pays » qui a été menée à cause de la dernier attaque de Juillet sur un bureau de recrutement non loin d’un centre de réserve à Chattanooga, Tennessee, dans laquelle 4 Marines et un soldat de la Navy ont été tués.

Dans cette attaque, le carnage de Mohammed Youseef Abdulazeez ne s’est arrêté que lorsqu’un officier de police a ouvert le feu sur lui. Mais l’enquête qui s’en est suivie a déterminé que l’officier commandant la base a tiré sur Abdulazeez avec son arme personnelle et que l’un des Marines avait un pistolet Glock de 9mm non autorisé sur lui quand il a été tué.

Peu après la fusillade, les questions étaient posées concernant l’un des officiers de l’armée impliqué dans la fusillade, le Lieutenant-commander de la Navy Timothy White, quant à savoir si des charges seraient retenues contre lui pour avoir vidé une arme à feu dans une propriété fédérale. Rien n’a été officiellement fait.

« L’enquête continue son cours à travers le processus hiérarchique » a dit à FoxNews.com le Lieutenant-commander Nicole Schwegman, porte-parole de la Navy.

Les rapports passés avaient suggéré que les charges ne seraient pas retenues contre White.

Les critiques ont immédiatement affirmé que les officiers du bureau de recrutement où le carnage a commencé, aussi bien que davantage de personnels armés de la Navy sur la base, auraient pu sauver des vies.

L’enquête du « les tueries de masse à travers le pays » a déterminé que beaucoup d’entre elles se sont arrêtées sans intervention de la police parce que quelqu’un était présent avec une arme pour arrêter le tireur.

Un porte-parole de l’Air Force a reconnu auprès de Military.com que l’attaque à Chattanooga était la raison de l’enquête.

Les 3 programmes établis par l’équipe de l’Integrated Defense a permis aux commandants d’augmenter la sécurité à travers le port d’arme. Une des nouvelles initiatives, l’Unit Marshal Program, a autorisé les supérieurs de tout niveau de travailler avec les forces de sécurité pour entraîner les membres de l’Air Force et leur permettre de porter leur pistolets de service M9 à leur poste.

Le Security Forces Staff Arming program autorise à davantage de responsables de la sécurité de porter une arme de service pendant leur travail.

« Enfin, quelqu’un dans le gouvernement fédéral est en train de reconnaître ce qui était évident aux sheriffs et à la police à travers tout le pays » dit John Lott, président du Centre de Recherche et de Prévention de la Criminalité, à FoxNews.com « Le port d’un pistolet a permis aux porteurs d’arrêter des douzaines de ce qui aurait clairement été sans eux des tueries de masse. »

 

Fox News

réactions

Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on Tumblr0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *