Isère : un artisan agressé chez lui ouvre le feu sur 4 cambrioleurs et en tue un

Share on Facebook0Share on Google+1Tweet about this on Twitter8Share on Tumblr0

© Maxence Regnault

© Maxence Regnault

Le drame s’est produit dans une maison située au lieu-dit La Cornière, à Bonnefamille, en Isère. Un jeune homme d’une vingtaine d’année a été tué alors qu’il se livrait à un cambriolage « très violent » avec trois autres personnes dans la nuit de vendredi 3 à samedi 4.

Selon les premières informations, les malfaiteurs ont été surpris par le couple qui habite la maison pendant leur forfait. Une scène de bagarre aurait suivi. Le père de famille se serait débattu. Alors que son épouse se serait mise à crier, ce maçon de 65 ans aurait saisi une arme, tirant à bout portant. Trois des cambrioleurs ont pris la fuite. Le quatrième, grièvement blessé, a tenté de regagner sa voiture après avoir escaladé le portail. C’est au volant du véhicule qu’il a été retrouvé inanimé.

Le fils de la famille, âgé de 35 ans, réveillé par le bruit, aurait également tiré depuis la fenêtre de sa chambre.

En arrêt cardiaque à l’arrivée des secours, le cambrioleur est décédé en dépit de l’assistance des pompiers, arrivés sur place, qui ont tenté en vain de le ranimer. « C’est un cambriolage très violent. Deux personnes sont actuellement en garde à vue« , a précisé le procureur de la République à Vienne, Matthieu Bourrette. Deux procédures sont ouvertes, l’une pour « homicide volontaire« , la seconde pour « tentative de vol par effraction avec violences et en réunion« .

Selon le maire de la commune, la maison, -qui abritait aussi l’entreprise de maçonnerie familiale-, aurait déjà été cambriolée « à 3 ou 4 reprises« .

Décès d’un cambrioleur, interview du procureur

Intervenant: Matthieu Bourrette, procureur de la République de Vienne

Père et fils sont toujours entendus à la gendarmerie de Bourgoin-Jallieu. La Section de Recherches de Grenoble a été saisie par le procureur de Vienne qui dirige l’enquête. Deux procédures sont ouvertes, l’une pour « homicide volontaire » (ce qui ne nie pas la possible légitime défense), la seconde pour « tentative de vol par effraction avec violences et en réunion ». Les autres malfaiteurs n’ont toujours pas été retrouvés.

Selon le maire de la commune, la maison, -qui abritait aussi l’entreprise de maçonnerie familiale-, aurait déjà été cambriolée « à 3 ou 4 reprises ».

France Soir

réactions

Share on Facebook0Share on Google+1Tweet about this on Twitter8Share on Tumblr0