Désarmer les bons gars ne désarme pas les mauvais

Share on Facebook0Share on Google+1Tweet about this on Twitter31Share on Tumblr0

Larry ajoute « Nous n’allons pas assurer la sécurité des gens en essayant de restreindre l’accès aux armes à feu. Parce que les mauvais gars, on l’a prouvé, ont accès aux armes à feu peu importe la législation. Vous l’empêcher aux bons gars. Les mauvais gars continueront à être armés. »

Le grand nombre des fusillades dans les gun free zones soutiennent la position de GOA. En fait, la politique « gun free » sont le seul réel critère commun des fusillades récentes aux Etats-Unis. Ça va du Pulse à Orlando (12 juin 2016), San Bernardino (2 décembre 2015), Umpqua Community College (1er octobre 2015), et Chattanooga military offices (16 juillet 2015) jusqu’au DC Navy Yard (16 septembre 2013), les deux attaques à Fort Hood (2 avril 2014 et 5 novembre 2009) aussi bien que Sandy Hook Elementary (14 décembre 2012), le Aurora (20 juillet 2012) et de nombreuses autres, le critère n’est pas le type d’arme utilisée mais le fait que les citoyens respectueux de la loi étaient désarmés à cause de la politique « gun free ».

Erich Pratt précise que le contrôle stricte des armes à feu a aussi transformé des cités américaines entières en quasi-gun free zones, où les innocents citoyens respectueux de la loi sont à la merci des criminels qui continuent à avoir des armes à feu et en auront toujours. Il dit :

Aux endroits où le gouvernement rend illégal ou très difficile le fait de posséder une arme à feu pour sa protection. C’est typiquement les endroits les plus dangereux — comme Baltimore, comme Washington DC, comme Chicago. C’est là où les gens comptent sur la police ; c’est presque leur seule option, et tristement, beaucoup de gens en paient le prix ultime.

Breitbart

réactions

Share on Facebook0Share on Google+1Tweet about this on Twitter31Share on Tumblr0