Une actrice de Top Gun refuse d’être une victime après une attaque de domicile : elle prend un port d’arme

Share on Facebook0Share on Google+1Tweet about this on Twitter33Share on Tumblr0
Après avoir été agressée par une inconnue dans son domicile en Caroline du Nord, l’actrice de Top Gun Kelly McGillis répond par l’acquisition d’une arme à feu et d’un permis de port d’arme.
L’actrice de 58 ans dit qu’elle est « armée et prête » pour la prochaine fois où quelqu’un entrera chez elle avec de mauvaises intentions.
Selon TheWrap, McGillis a été agressée dans sa maison à Hendersonville le 17 juin.
« Je suis encore un peu secouée par un sentiment de peur résiduel, » écrit McGillis dans un statut Facebook le jour d’après. « J’ai bien une alarme. J’étais insouciante et je ne l’ai pas allumée après avoir passé 4 ans ici sans aucun problème. »
McGillis a aussi détaillé l’incident qui l’a poussée à prendre une arme à feu pour sa défense personnelle.

« Elle a brisé la fenêtre de mon garage et a appelé par là en empilant 10 sacs de paillis. Elle a jeté de la nourriture pour chien partout sur le sol de la cuisine pour distraire les chiens. J’en ai trois. Honnêtement ils avaient l’air vraiment effrayé par tout ça. J’ai décidé de prendre un permis de port d’arme. Et vous pouvez être sûr que je vais mettre l’alarme à partir de maintenant. »

McGillis s’est aussi directement adressée aux critiques de sa décision de prendre une arme dans un statut Facebook séparé :

« Pour ceux d’entre vous qui viennent sur mon mur pour me dire que prendre un permis de port d’arme n’est pas le meilleur choix à faire pour moi, eh bien laissez-moi vous signaler quelques petites choses qui m’ont poussée à cette décision. Décision contre laquelle j’ai d’ailleurs lutté pendant un très très long moment. N’étant pas une fanatique pro-arme. Quand j’avais 12 ans j’ai été violée en tournante par trois hommes. Plus tard quand j’étais à l’Université et je vivais à New York, j’ai été braquée à l’arme à feu. Une année à peu près après ça, alors que je cherchais mon chemin dans le métro, j’ai été frappée au visage plusieurs fois par un homme qui voulait me donner une réponse à sa façon en m’appelant « juste une chienne de blanche ». Remarquablement, pas une seule personne dans le train ne m’a offert aucune sorte d’assistance. Peu après ça, deux hommes sont entrés par effraction dans mon appartement quand j’étais là et m’ont violé plusieurs fois. J’ai été harcelée par une ex petite amie qui s’est donné beaucoup de mal pour essayer d’empoisonner mes animaux et de ruiner ma propriété. Après chacune de ces attaques j’ai déménagé en pensant que je pourrai trouver un endroit en sécurité. Non. L’incident de la nuit de vendredi m’a maintenant décidé. J’ai atteint mon point de rupture. Je ne suis pas une victime. Je suis une survivante. Les dernières heures j’ai été partagée entre les larmes, la colère, le désespoir et le « pourquoi moi ? ». Et si une putain de personne ici me sort une truc du style « pourquoi pas toi ? » je vais littéralement péter les plombs. Une jolie petite phrase pour faire que tout soit okay ? Pour qui… vous ? Moi ? Ca ne sera pas okay. Je suis maintenant avec de terrifiants symptômes post-traumatiques et en train d’essayer de me sortir de la profondeur de toute cette dépression et ce désespoir qui me rongent. Toute cette douleur passée m’est revenue à l’esprit. Et ces démons s’acharnent à l’intérieur de moi juste maintenant. Je ne veux même plus me sentir abusée encore. Plus jamais. Par conséquent j’ai choisi le port d’arme. Tout ce que j’ai toujours voulu, c’est de me sentir en sécurité. En sécurité dans ma propre maison. Et maintenant la séparation entre deux époques différentes s’est brisée. J’y ai pensé en long et en large. Même depuis 1982. Je ne sais pas pourquoi cette merde continue à m’arriver. Mauvais Karma ? Comme un aimant bizarre. Suis-je supposée tirer quelque sorte de leçon de tout ça ? Ou est-ce que l’Univers essaye de m’avoir ? Ou Dieu ? Je ne sais pas s’il y a des réponses. Je sais juste que je suis profondément effrayée. Je ne peux plus réfléchir. Je ne peux plus manger. Je suis terrifiée à l’idée de rester seule. Et le pire dans tout ça… mon voisin m’a entendu crier et appeler à l’aide, et n’a absolument rien fait. C’est ça le genre de monde dans lequel on vit. Personne ne viendra aider son voisin, un inconnu, le frère, la sœur, l’orphelin ou la veuve. C’est pourquoi je vais commencer à porter un pistolet.

 

Breitbart

 

réactions

Share on Facebook0Share on Google+1Tweet about this on Twitter33Share on Tumblr0